Régie de coupe automnale de la luzerne

Écrit en collaboration avec Brigitte Lapierre, agronome, Conseillère spécialisée en plantes fourragères, conservateurs d'ensilage et céréales à La Coop fédérée.

La régie de coupe automnale représente un enjeu important pour la performance des luzernières. Une stratégie de fauche qui respecte la physiologie de la plante, combinée à un plan de fertilisation et de chaulage adéquats, vous permettra de tirer le maximum de votre investissement!

Bien qu’il ait été traité abondamment, le sujet soulève encore beaucoup de questions : est-ce néfaste pour ma luzernière de faire la dernière coupe après le gel, à l’automne? À partir de quelle date dois-je cesser de couper ma luzerne afin d’assurer une période de repos automnal suffisante pour une bonne survie? Quel est le moment idéal pour l’application de potasse à l’automne? Etc.
 

Régie de coupe à l’automne

Traditionnellement, on disait que la luzerne avait besoin d’une période de 45 à 50 jours de croissance avant un gel mortel (– 3 °C), afin d’accumuler suffisamment de réserves de nutriments dans ses racines pour bien passer l’hiver. À la suite d’essais réalisés par des chercheurs d’Agriculture et Agroalimentaire Canada, on parle plus précisément aujourd’hui de l’accumulation de degrés-jours supérieurs à 5 °C entre les deux dernières coupes. Les conclusions de ces travaux recommandent un minimum de 500 degrés-jours.

Ainsi, que l’on soit en Gaspésie ou en Montérégie, ce principe ne change pas. Ce qui changera en fonction de la région, c’est la date de la dernière coupe avant le gel mortel. De plus, quel que soit le régime de coupe pratiqué en saison – régie intensive avec les luzernes Standfast, comme Actis ou Althea, qui exigent un intervalle de 26 à 30 jours entre les coupes, ou une régie plus traditionnelle avec des luzernes telles AAC Nikon et Akori, qui exigent plutôt un intervalle de 35 à 45 jours –, on doit respecter la même période de repos automnal. Cette période de repos coïncide avec la période de la saison où les journées raccourcissent et la température refroidit.

Ces conditions donnent aux plantes pérennes le signal de se préparer pour l’hiver. Les premières semaines après la coupe servent à reconstituer un bon volume de végétation, alors que les trois à quatre semaines qui restent avant le gel servent à remplir le « garde-manger » de la luzerne. Autrement dit, c’est à ce moment qu’elle fait ses réserves pour passer l’hiver. Au cours de cette période, la plante avance en maturité, fleurit et complète un cycle de vie.
 

Application de potasse à l’automne

C’est bien connu et très documenté, un apport de potasse dans les prairies de luzerne à l’automne améliore leur survie et, par le fait même, leur rendement. La potasse favorise l’accumulation d’hydrates de carbone dans les racines de la luzerne et représente une excellente source d’énergie. Il faut faire l’application de potasse immédiatement après la coupe, qui marque le début de la période de repos automnal, pour que la plante en tire le maximum pendant cette période.

Le réseau La Coop offre une nouvelle source de potasse contenant 0,5 % de bore. Il s’agit du fertilisant Aspire (0-0-58 0,5 B). Chaque granule de potasse contient du bore, ce qui permet un meilleur étalement de l’élément mineur sur toute la surface.
 

La coupe après le gel

On la fait ou on ne la fait pas? Eh bien, c’est une question de besoin. On la fait seulement si la quantité de fourrage récolté au cours de la saison est insuffisante pour combler les besoins du troupeau. Sinon, on laisse la luzerne au champ.

La dernière repousse laissée au champ offre une excellente protection contre le gel, puisqu’elle permet de maintenir un couvert de neige, qui agit comme un matelas isolant. De plus, il a été démontré que la reprise au printemps suivant et le rendement de la première coupe sont supérieurs lorsque la dernière pousse est laissée au champ (voir Les plantes fourragères, guide publié par le CRAAQ).

Dans le cas où le besoin en fourrage nous obligerait à couper cette dernière repousse, il est important de régler la hauteur de coupe pour laisser un chaume d’au moins 10 cm. Ce dernier permet de retenir un peu de neige en surface. Si minime soit-elle, cette quantité de neige peut faire une différence entre la température à la surface du sol et celle de l’air ambiant. La luzerne résiste au froid jusqu’à une température de – 16 à – 17 °C.
 

Les causes de mortalité de la luzerne

La luzerne peut mourir de quatre façons au cours de la période hivernale :

  • Étouffée : Les périodes de redoux hivernal, accompagnées de pluie qui créera des accumulations d’eau en surface et se transformera en couvert de glace au retour du froid, vont entraîner l’asphyxie de la plante. Même si les plantes sont en dormance pendant l’hiver, elles demeurent en activité et ont besoin d’oxygène.
  • Décapitée : On veut parler ici d’une rupture du collet et des racines, provoquée par l’action du gel et du dégel en surface, alors que le sol est gelé plus en profondeur.
  • De faim : Les plantes ayant reçu une fertilisation adéquate et bénéficié d’une période de repos suffisamment longue pour emmagasiner des réserves dans leurs racines ont une meilleure chance de passer l’hiver.
  • De froid : Comme mentionné précédemment, la luzerne peut résister à des températures de – 16 à – 17 °C. Ainsi, la gestion du couvert végétal, qui permet de garder le maximum de neige au sol, peut également améliorer ses chances de survie.

Les deux premières situations sont indépendantes de notre volonté. C’est Mère Nature qui décide! Par contre, dans les deux cas suivants, il est possible de diminuer les causes de mortalité par une bonne gestion de la fertilisation, du contrôle du pH et du drainage. Et, bien entendu, par une régie de coupe automnale qui respecte le cycle de vie de la plante.